Journal

Recette de Gelée de pommes Zéro déchet! 
Zéro-déchets

Recette de Gelée de pommes Zéro déchet! 

Publié le 27/09/2022

Voici la recette de la succulente Gelée de pommes à base d’épluchures et de trognons! A vos fourneaux! INGRÉDIENTS: • Epluchures et trognons de 6 pommes bio préalablement lavées – environ 250 g • Eau pour recouvrir les épluchures – environ 75 cl • 450 g de sucre (environ – à peser en fonction du volume de jus recueilli) • Jus d’1 citron INSTRUCTIONS: 1. Couvrir d’eau les épluchures et trognons. Porter à ébullition et laisser frémir pendant 30 minutes. Ne pas couvrir pendant la cuisson. 2. Égoutter les épluchures à travers un chinois ou une étamine et presser pour bien exprimer un maximum de jus. 3. Mesurer le jus à l’aide d’un verre mesureur. Le mettre dans une casserole assez large pour favoriser l’évaporation au cours de la cuisson Pour 50 cl de jus on ajoute 450 g de sucre. Mélanger le sucre et le liquide, ajouter le jus de citron. 4. Ici je rajoute une ½ gousse de vanille! Porter à ébullition en remuant pour bien dissoudre le sucre. 5. Baisser ensuite le feu et laisser frémir.  Laisser cuire pendant  25 minutes. 6. Pendant que la gelée cuit, mettre une assiette au congélateur pour tester si la gelée est bien prise en fin de cuisson. Laver les bocaux et les couvercles et les passer à l’eau bouillante. 7. A l’issue des 25 minutes, vérifier la consistance de la gelée en déposant une goutte sur l’assiette préalablement refroidie au congélateur. Si la goutte se fige – il faut attendre 2 minutes – arrêter la cuisson. Sinon la prolonger jusqu’à atteindre le point de gélification en vérifiant toutes les 5 minutes Si vous avez un thermomètre à confiture, vous aussi vérfier la température qui doit être aux alentours de 105 à 107°C. 8. Remplir le pot stérilisé de gelée chaude à l’aide d’une louche et d’un entonnoir à confiture. Boucher les pots avec leurs couvercle. Retourner les pots sur le couvercle pour stériliser l’air du bocal jusqu’à complet refroidissement ou au moins 15 minutes. Une recette de @aufouraumoulin !
Lire l’article
Tout comprendre : Qu’est ce qu’un hydrolat 
Ingrédients

Tout comprendre : Qu’est ce qu’un hydrolat 

Publié le 27/09/2022

Un hydrolat est une eau chargée, par distillation, de principes végétaux volatils.  “Le petit Robert” Il s’agit en fait de l’eau résiduelle obtenue pour la fabrication des huiles essentielles.  Et oui ! Avant de découvrir leurs propriétés, les hydrolats étaient rejetés après de la fabrication des huiles essentielles. Nettement moins concentré en actifs que celles ci (entre 0,02% et 0,20%), elles sont très intéressantes pour notre peau ! On parle d’eau florale lorsque la matière première naturelle sont des fleurs.    Comment l’obtient t-on ?       Il s’agit d’un des deux produits obtenus lors de la distillation à la vapeur d’eau. Durant celle-ci, les composés volatils de la plante sont entraînés par la vapeur d’eau jusqu’au condenseur. L’huile essentielle, qui est dans la grande majorité des cas plus légères que l’eau, surnage à sa surface dans “l’essencier”. L’eau qu’elle recouvre est dite “eau florale” dans le cas de distillation des fleurs, “hydrolats” ou eau distillée aromatique pour les autres parties de la plante. On peut noter qu’il existe de rares cas où l’huile essentielle est plus lourde que l’eau (par ex. giroflier). Pour être de bonne qualité, les hydrolats doivent être obtenus lors de la première demi-heure de distillation. L’hydrolat est très faiblement concentré en composants aromatiques, entre 0,5% et 0,1%, et donc beaucoup moins actif que l’huile essentielle.
Lire l’article
Alice et Olivier, producteurs exceptionnels d’Hydrolats et d’Huiles essentielles
Producteurs

Alice et Olivier, producteurs exceptionnels d’Hydrolats et d’Huiles essentielles

Publié le 27/09/2022

Je ne peux pas décrire mon bonheur d’être tombée sur Alice et Olivier lorsque j’étais à la recherche d’ingrédients français locaux, cultivés et transformés localement dans le plus grand respect des plantes. Voici ce que font ces producteurs bretons depuis quelques années, sur un coteau exposé à l’orée d’un petit village breton. 

Après avoir fait ses armes dans les Alpes du Sud comme productrice d’huile essentielles et d’hydrolat de lavande fine sauvage de haute montage, Alice est retournée sur ses terres natales avec l’envie de développer la culture de plantes locales pour les valoriser au mieux. 

Olivier est formé en Gestion et Protection de la Nature, études à la réunion et dans la Drome et s’est formé à la distillation dans les Vosges à la Ferme du bien-être. 

Et ce qu’ils ont bâti avec Olivier en quelques années est tout juste impressionnant, non pas par la grandeur d’une exploitation, ou des volumes produits qui seraient industriels, mais par la qualité de leur production, liée à une connaissance très fine des leurs cultures, l’envie d’excellence quant à leurs productions, aussi bien sur le terrain que sur les produits finis, et la recherche permanente de perfectionnement, le tout évidement baigné de (très ! ) bon sens ! 

Cela se traduit par plus de 25 espèces aujourd’hui cultivées et transformées directement sur place, d’une très grande qualité. 

Alice et Olivier cultivent d’abord des plantes locales qui poussent facilement comme la Carotte sauvage, la Criste Marine, l’Achillée millefeuille ou encore le Laurier noble. 

Ils ont aussi réussi à maitriser la culture et la transformation de plantes plus associées au sud de la France voir aux Dom Tom, comme la Lavande, les Thyms, l’Helichryse italienne ou le Géranium rosat de La Réunion ! Les plantes se plaisent chez Alice et Olivier, et eux maitrisent et améliorent chaque année les techniques de culture. 

On pourrait se dire que la Lavande du Sud est de bien meilleure qualité que la bretonne, ou que l’Hélichryse italienne de Corse n’est pas comparable à celle du Grand Ouest… Alors pour en avoir le cœur net, et surtout comme Alice et Olivier sont de vrais professionnels et consciencieux, ils analysent chacune de leur récolte grâce à la chromatographie afin d’avoir une photographie détaillée de chaque molécule composant leurs huiles essentielles. 

Un travail supplémentaire pour ces cultivateurs, mais néanmoins indispensable, qui leur permet de maitriser chaque bouture plantée sur leurs terres, et de proposer des produits chemotypés avec précision. 

Alors oui, ils sont capables d’affirmer aujourd’hui que la Lavande vraie qu’ils produisent est quasiment identique à celle que cueillait Alice il y a quelques années dans les Alpes. Les Thyms aussi correspondent entièrement à leurs attentes, riches en molécules bonne pour la santé et la peau. 

Bon, on est ici qu’à la moitié du travail pour produire nos huiles essentielles et nos hydrolats. 

La suite se passe d’abord au moment de la récolte. Ce moment est spécifique à chaque plante, et apprécié par Alice et Olivier selon leurs connaissances. Cela se joue parfois à quelques heures près, un peu comme les viticulteurs goûtent et re-goûtent leurs grains de raisins jusqu’à être à la proportion de sucre tant recherchée. 

Ici, l’instant de la récolte se joue sur l’ensoleillement des derniers jours, l’oxydation des feuilles, des fleurs, par le soleil, tout ça en fonction de chaque espèce. D’ailleurs certaines plantes auront besoin d’être séchées avant de poursuivre l’aventure, comme la lavande vraie, afin de déployer toutes leurs richesses !

Maintenant direction l’alambic ! Cette cuve, reliée à une machine productrice de vapeur, va être remplie de la partie de la plante que l’on souhaite distiller. Les fleurs, les feuilles, les racines, etc. Toute la matière sera tassée dans la cuve avant d’y faire passer la vapeur d’eau (générée à distance ici, pour que les plantes ne soient jamais au contact direct de l’eau liquide), qui va entrainer toutes les molécules d’huiles essentielles avec elle !

Esters, terpènes, phénols, tous vont alors être extraits et se retrouver mélangés à l’eau refroidie de l’autre côté ! Il faudra attendre patiemment que la distillation soit complète, que toutes les molécules soient extraites même celles qui sortent tard, qui se font attendre… Patience, gage de qualité. Il ne reste alors plus qu’à laisser décanter, et la magie opère… L’huile essentielle, plus légère que l’eau, remonte alors à la surface par gravité. Il ne reste plus qu’à récolter l’huile essentielle d’un côté et l’hydrolat de l’autre côté !

Afin d’obtenir des hydrolats concentrés, et non seulement de l’eau purifiée diluée, Alice et Olivier obtiennent 150 à 200 litres d’hydrolat pour distiller 300 à 500 kg de plantes, lorsque les autres utilisent 1 volume d’eau pour 1 volume de plantes (au mieux !). 

On est dons ici face à des hydrolats concentrés, qui auront naturellement gardé une fine portion des huiles essentielles qui n’auront pas été distillées, mais aussi les molécules hydrophiles, qui ont une affinité avec l’eau, complémentaires à celles que l’on retrouve dans les huiles essentielles. Une pure merveille, olfactivement et chimiquement ! 

Alors je n’ai qu’un mot, merci. Merci Alice et Olivier de vous investir autant, d’imaginer de si belles choses, et d’être capables de nous proposer à nous, fabricants de cosmétiques et particuliers, de si belles pépites pour notre peau et notre santé !

Continuez comme ça, on vous soutient à 200% !

Lire l’article
Stéphane et Aurélie, Producteurs de Spiruline en Bretagne
Producteurs

Stéphane et Aurélie, Producteurs de Spiruline en Bretagne

Publié le 27/09/2022

Quel plaisir de rencontrer des producteurs authentiques comme Aurélie et Stephane !  En plein cœur de la Bretagne, à la frontière entre l’Ille et Vilaine et le Morbihan, Aurélie et Stéphane ont créés leur ferme de Spiruline naturelle au milieu de leur exploitation laitière il y a 10 ans.  Contrairement à ce que l’on croit, la spiruline n’est une algue mais une cyanobactérie aux propriétés remarquables pour la santé ! Elle est cependant classée communément parmi les micro algues bleu.   La spiruline de O’dicy est cultivée par Aurélie sous serre chauffées naturellement, répartie dans 3 bassins brassés en permanence pour que la lumière du soleil ne l’abime pas. La culture se fait la moitié de l’année, lorsque les températures commencent à augmenter à partir du printemps et jusqu’à l’automne. Les bassins sont alors « ensemencés » par une souche de Spiruline de l’année précédente, qui va se développer naturellement au contact de chaleur et de lumière.  Il lui faudra aussi une eau saumâtre et alcaline (pH entre 9 et 11), et comme la plupart des végétaux, du carbone, de l’azote et des sels minéraux. Afin de garder toujours une grande qualité, les bassins sont régulièrement nettoyés au cours de la saison.  Une fois récoltée en surface, l’eau des bassins est ensuite filtrée plusieurs fois, jusqu’à obtenir « une pâte à modeler verte », mélange de Spiruline et d’eau résiduelle ! Elle est ensuite pressée et mise à sécher en séchoir basse température à 35°C, ultra ventilés, avant d’être réduite en paillette ou en poudre ! Ce séchage doux à basse température permet de conserver toutes les propriétés de la Spiruline, comme les vitamines et les nutriments qu’elle contient ! C’est donc une Spiruline d’excellente qualité, cultivée et transformée artisanalement que nous avons choisis de vous proposer, aussi bien dans nos produits qu’en ateliers, pour le plus grand respect de ce trésor de la nature !

Qu’apporte la spiruline à nos cosmétiques ? 

Riche en Protéines, mais aussi en Vitamine A et E, elle va revitaliser la peau, la fortifier et la nourrir en profondeur. Ainsi, elle améliore la souplesse et l’élasticité de la peau en stimulant la synthèse de collagène et d’élastine. Mais ce n’est pas tout ! Elle va donc prévenir l’apparition des rides lorsqu’elle est utilisée régulièrement.  
Lire l’article
Que signifie O’dicy ? 
À propos

Que signifie O’dicy ? 

Publié le 27/09/2022

️ Alors O’dicy, tout d’abord c’est l’Eau d’ICI… car nous mettons de l’eau de mer de Saint-Malo dans nos crèmes ! Grâce à sa composition en minéraux et oligo-éléments, l’eau de mer se rapproche du liquide de notre corps. L’eau de mer de Saint-Malo est pure, riche en minéraux précieux pour reminéraliser la peau, comme le magnésium, le calcium ou le potassium ! Au-delà de l’eau de mer de Saint-Malo, ce sont des ingrédients locaux que vous pourrez retrouver dans toutes nos propositions… des huiles d’ici, des hydrolats d’ici, des argiles d’ici, etc… Une vrai proposition engagée comme on vous le disait!! 🧜🏻‍♀️ Ensuite nous avons écrit O’dicy en mettant en avant le O des deux Ondines ! Et oui, nous sommes deux Ondines de Saint-Malo, deux O d’ici qui mettons toute notre énergie dans ce beau projet!  🌊 O’dicy c’est aussi la référence des Ondines à la mer, the Sea… Nos cosmétiques seront inspirés de la mer, avec un grand nombre de matières premières et d’actifs issus des mers bretonnes. La mer, l’océan, c’est ce qui nous porte au quotidien, l’origine de toute notre énergie. Sa protection aussi. Vous en transmettre un peu à travers nos cosmétiques et nos ateliers coulait de source ! ️ Et puis cette aventure est une Odyssée, notre O’dyssée à nous, semée d’embuches que nous sommes prêtes à surmonter les unes après les autres! 🙌 Enfin, l’orthographe que nous avons choisie reflète le DIY (o’DIcY, vous le voyez?), car les ateliers, le  “faire maison”, les ateliers d’échanges et de partage sont l’essence même de notre histoire ! Et voilà, vous savez tout !
Lire l’article
Notre charte
À propos

Notre charte

Publié le 27/09/2022

Voici les valeurs intrinsèques de O’dicy, celles qui dictent nos choix et nos engagements que nous prenons vis-à-vis de vous pour une cosmétique naturelle ; Transparence, Eco-responsabilité, Partage Protéger notre planète et préserver les océans sont nos valeurs majeures, de la sélection des actifs naturels à l’emballage, en passant par la formulation. Pour formuler nos soins, nous privilégions des matières premières naturelles cultivées et fabriquées au plus près de chez nous. Nous suivons une politique de sourcing et d’achats responsables, notamment via l’évaluation de nos fournisseurs. L’engagement environnemental de O’dicy s’applique également aux emballages de nos soins grâce à des composés de matériaux recyclables.
Lire l’article
Jean-François, Producteur d’Huile végétale de Pépins de Pommes
Producteurs

Jean-François, Producteur d’Huile végétale de Pépins de Pommes

Publié le 27/09/2022

Après l’obtention d’un diplôme d’ingénieur en agro-alimentaire, Jean-François intègre une coopérative cidricole (qui produit du cidre) en tant que directeur technique. Après presque 20 ans au sein de cette coopérative, il décide de se lancer dans la valorisation des co-produits issus de cette industrie, notamment le marc de pomme à cidre, partie solide qui reste une fois qu’on a pressé les pommes.
Depuis 2017, Jean-François valorise donc les produits issus du pressage des pommes à cidre : pépins, marc de pomme… pour proposer à d’autres professionnels diverses matières premières comme l’huile de pépins de pomme, des exfoliants à base de marc de pomme ou à base de pépins, du vinaigre de cidre…

Procédé de production

Producteur d'huile végétale de Pomme O'dicy Les pommes à cidre sont lavées, broyées puis pressées afin d’extraire le jus (environ 75% de rendement). La partie solide, appelée marc de pomme, est séchée permettant d’obtenir un produit stable, qui peut se conserver 12 à 18 mois. On retrouve dans le marc de pomme les pépins, la queue des pommes, la peau, la chair, constituant un co-produit riche en fibre (cellulose, pectine, hémicellulose, lignine). Traditionnellement, les cidriers vendent ce co-produit aux industriels de la pectine ou de l’alimentation animale.

L’objectif de Jean-François est de trouver d’autres valorisations.

Les pépins, issus de cidreries normandes et bretonnes, sont triés puis pressés à froid en Bretagne pour obtenir une huile végétale, riche en acide gras insaturés, très émolliente. L’huile de pépins de pommes est une huile sèche, laissant un toucher très agréable sur la peau.      
Lire l’article
L’histoire de O’dicy
À propos

Notre histoire

Publié le 27/09/2022

Bonjour chère communauté d’Odycéennes & Odycéens !

Voici ici toute l’histoire de O’dicy… Laissez-vous guider je vous raconte tout! O’dicy n’est autre que la suite des Ateliers de Petit Bé, les ateliers cosmétiques que j’avais lancé en 2017 à Saint-Malo, pour apprendre à faire ses propres cosmétiques. Je me lançais à l’époque dans une incroyable aventure entrepreneuriale, avec l’envie de transmettre au plus grand nombre la capacité de faire soi-même ses propres produits cosmétiques, sains et naturels, sans impact sur notre santé ni sur notre environnement. Biologiste Marin, c’était pour moi une autre manière de protéger l’environnement, surtout l’environnement marin, mais aussi de valoriser simplement des matières premières naturelles dans le partage humain. 5 années sont passées depuis, et ces ateliers ont vécu une vie incroyable à vos côtés! Des centaines de personnes sont passées autour d’une table des Ateliers du Petit Bé, et ont appris à fabriquer leur propre déodorant, leur crème visage, lait pour le corps, gommage solide, etc. Mais en 2019 je réfléchis à aller plus loin. À écouter mes clients qui, par manque de temps, n’arrivent pas à refaire les produits chez eux. À écouter les autres qui me demandent où s’approvisionner en matières premières, en étant sûrs de leur qualité et de leur origine. Je suis, à l’époque, incapable de répondre à ces questions. J’ai bien formé d’autres animatrices qui ont fait à leur tour des ateliers, mais je reste toujours frustrée quand aux produits finis, et à l’approvisionnement que je ne maîtrise pas totalement, dans les ateliers aussi.   Je décide alors de faire évoluer Les Ateliers du Petit Bé, en me renseignant pour mettre en place une gamme de produits finis qui serait identique aux produits abordés en atelier, mais aussi une gamme de matières premières qui serait locale et de qualité. Je souhaite aussi remettre du marin dans les formulations que j’aborde (on ne se refait pas!).   J’intègre alors La French Tech, le tremplin national pour monter une Start-Up aujourd’hui en France. Rencontres, Formations, Echanges, Initiatives, Questionnements, sont autant d’expériences par lesquelles je vais passer pendant plusieurs mois!   Alors que c’est l’ébullition dans ma tête, en plein phase d’imagination du projet, je fais une rencontre improbable, un matin autour d’un café partagé chez Angélique qui tient le Cook’in Café, un lieu unique à Saint-Malo où j’ai l’habitude de faire mes ateliers. Une Ondine vient me partager son sourire et son attrait pour le projet! Signe du destin? Ange envoyé du ciel? Mon sang ne fait qu’un tour, la suite des Ateliers du Petit Bé sera mené de front par 2 Ondine!
Alors voila 2 ans maintenant que nous travaillons, nous les 2 Ondine, à mettre en place ce projet incroyable, sans concessions, que nous nommerons O’dicy ! Recherche de financements et de partenariats, développement des formules,  recherche de producteurs locaux, mise en place du réseau d’animatrices, recherche des premières animatrices, première formation, production des produits, développement d’un packaging innovant… Le temps a dû s’accélérer car ces 2 années sont passées à toute vitesse… Et voila, nous sommes incroyablement fières de vous présenter aujourd’hui nos 3 premiers produits O’dicy, qui ont mis un an et demi à voir le jour!
Vous trouverez ainsi : Le Baume solide, du “Marin d’O douce”, pour nourrir le corps en un passage, Le Masque / Gommage en poudre, ” À marée basse”. Le Baume à lèvres, “Le baiser des sirènes”   Sans oublier notre première matière première locale que nous adorons, l’Huile de Pépins de Pomme bretonne et normande, pour les peaux mâtures et sensibles! Voilà, vous savez tout, ou presque… Alors, vous nous suivez? 😉 Ondine H.
Les Ondines O'dicy Cosmétiques
Lire l’article
L’huile vierge de Pépins de Pomme
Ingrédients

L’huile vierge de Pépins de Pomme

Publié le 27/09/2022

L’huile vierge de Pépins de Pomme, est notre huile végétale dont nous sommes la plus fière! Cultivée et produite à quelques kilomètres seulement de chez nous, cette huile sèche à l’odeur de frangipane est idéale dans vos soins du visage, cou, mains et l’ensemble du corps en vous laissant un toucher agréable sur la peau. Riche en vitamines et acides gras essentiels, elle assurera en profondeur l’hydratation et la nutrition en profondeur de la peau. L’huile de pépin de Pomme est un co-produit de l’industrie alimentaire. Obtenue par pression à froid des pépins de pomme séparé après séchage du marc de pomme résultant de la fabrication du Jus de pomme ou du cidre. Découvrez notre producteur ! Sans conservateur.  
Lire l’article